Célibataires

Célibataire ? Avez-vous la permission d’être en couple ?

Célibataire ? Avez-vous la permission d'être en couple ?
(c) Matthew Smith – détail

Je crois que la sexothérapie peut réellement aider toute personne célibataire qui aimerait vivre en couple.

C’est le sens d’un article écrit pour le blog En couple, Simone ! que vous pouvez lire ici.

En voici un autre et pour éviter les lourdeurs de style, ce billet est écrit au féminin. Mais il peut évidemment se décliner au masculin 🙂

Qui nous peut nous projeter dans notre vie de femme ? Ce sont nos parents !

Enfant, s’ils m’ont parlé de la sexualité, de ce qui allait se passer pour moi, ils m’ont permis de me projeter et de commencer à imaginer ce que je serai lorsque je serai grande, lorsque je serai une femme. De concevoir ma vie avec la rencontre d’un homme, l’accueil d’enfants.

En revanche, s’ils ne m’en ont pas parlé, je peux avoir du mal à élaborer ma vie future. Je peux même avoir des interdits ou des injonctions, qu’ils aient été exprimés ou non : « je t’interdis de faire mieux que moi », « tu n’auras pas d’enfant ». Alors comment m’approprier ma vie ? Comment être dans mon axe ?

Tout d’abord, me donner la permission.

Le mieux est d’avoir un thérapeute pour m’accompagner dans ce travail. Sinon, je peux, à l’aide de la visualisation positive, m’imaginer en couple, avec des enfants, élaborer jusque dans certains détails ce que serait ma vie alors, noter les émotions qui montent, prendre le temps de sentir.

M’entourer de femmes, de sœurs, de mères, de grands-mères, de tantes…

Qui, elles, pourront me donner la permission. Qu’elles soient de ma famille ou que je les considère comme telles. Ce peut être aussi une personne qui par son métier peut remplir ce rôle : psychologue, thérapeute, sage-femme, gynécologue…

Trouver des modèles de femmes autour de moi qui m’inspirent.

Des femmes qui sont ce que je voudrais être. Elles me parlent de ce à quoi j’aspire, que j’ai déjà en moi et que je peux développer. Elles me parlent de la féminité, de ce qu’elle est pour moi et de la manière dont je peux être femme.

Faire un travail sur mon arbre généalogique.

Pour étudier comment les femmes de ma famille ont vécu leur vie de femme et de mère. Comment se sont-elles mariées ? Sont-elles restées célibataires ? Ont-elles eu des enfants ? Quelle est ma place dans mon arbre généalogique ? Est-ce que je me sens libre de mener ma vie comme je l’entends ou bien est-ce que je sens parfois que je ne suis pas libre, que je fais certaines choses malgré moi, pour répondre à une injonction familiale ? Pour sauver quelqu’un ? Pour réparer ?

Dans certaines familles, le dernier restait célibataire pour soutenir ses parents dans leur vieillesse. Dans d’autres, c’était l’aîné. Qu’en est-il pour moi ? Quel est mon rôle dans ma famille ?

Me mettre en couple et avoir des enfants, c’est poursuivre une lignée.

C’est m’inscrire dans celle-ci pour la prolonger. C’est quitter l’état de fille pour devenir épouse et mère.

C’est quitter l’état de fils pour devenir époux et père.

En ai-je la permission ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *