CoupleDésir

Pour vivre heureux dans son couple : fusion ou autonomie ?

Fusion ou autonomie dans mon couple ?
(c) Christian Holzinger

Pour vivre heureux dans son couple : fusion ou autonomie ?

J’ai assisté il y a quelques temps à une conférence du thérapeute conjugal Marc d’Anselme dont j’estime beaucoup le travail. Il s’agissait pour lui d’aborder le sujet « Individualité et conjugalité ». J’aimerais reprendre ici quelques pépites. Et pour que les auteurs soient clairement identifiés ;-), les italiques sont de lui.

Lorsque je demande aux couples qui viennent me voir quelle est leur entente, j’entends parfois : « Parfaite ! Nous sommes très fusionnels ». Ce n’est pas une si bonne nouvelle…

En effet, pour être un, il faut être deux !

C’est-à-dire que pour un couple vivant, il faut deux personnes vivantes et autonomes. C’est le préalable à la vie à deux, à acquérir au plus tôt. L’autonomie est la capacité à s’assumer soi-même sans peser sur quelqu’un. Sinon, l’autre est comme une béquille.

Parce que l’union n’est pas la fusion. Sinon, nous perdons notre individualité. Or chacune apporte sa richesse à l’autre. Le couple est la respiration permanente entre le désir de m’approcher de l’autre et celui de retrouver mon individualité.

C’est une des questions à se poser en cas de difficulté relative au désir : comment avoir un élan vers mon conjoint lorsque je suis déjà collé à lui ?

Comment être dans une dynamique de désir lorsque je suis déjà dans la fusion ?

Si la relation à deux devient fusionnelle, alors elle est tout sauf érotique, contrairement à ce que nous pouvons croire spontanément ! C’est la relation frère-sœur, mère-fils ou bien père-fille. Celle des couples qui ne vivent plus ou quasiment plus de relations sexuelles.

Un autre point que Marc d’Anselme évoquait est l’ambivalence.

Nous sommes imparfaits et nous sommes capables d’actions héroïques. Je suis ambivalent, il/elle est ambivalent. Notre relation est ambivalente, sujette à des variations. Nous faussons le jeu dès que nous idéalisons la relation ou notre conjoint. Nous oscillons entre euphorie et désespoir. 

Or, l’ambivalence permet de relativiser, d’inscrire les choses dans la durée. Elle est le gage de cette recherche d’équilibre entre deux personnalités qui cherchent à faire couple. Nous vivons, nous évoluons, nous changeons. Je te désire/je te fuis, je t’aime/je suis agacé, je veux me fondre en toi/je veux exister…

Alors le secret d’un couple heureux ? Ce sont deux personnes qui veulent faire couple !

Ce sont deux personnes qui veulent vivre ces évolutions, ces changements ensemble, curieuses de se (re)découvrir jour après jour. Il me semble que pour cela, les clés développées par Thomas d’Ansembourg dans son livre Cessez d’être gentils soyez vrai ! sont essentielles. Pour vouloir la complémentarité au quotidien avec bienveillance. Pour nous adapter de manière permanente aux changements. Pour être un couple vivant, en mouvement.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Fusion ou autonomie ? Dîtes-le-moi dans les commentaires ci-dessous 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *